mercredi 6 mars 2013

Le texto à l’école : une plaie ou un outil communicationnel et présentiel fantastique

"Les jeunes utilisent beaucoup le texto dans leurs échanges entre eux . Tous les jours, peut-on les observer en train de manipuler cette option de leur téléphone à la cafétéria, dans le bus à leur retour de l’école, ou encore à la maison. Bref, ils en font un usage régulier pour communiquer. Par ailleurs, nous nous rendons compte que cet engouement peut se répandre à d’autres générations. Des parents, encore peu nombreux, l’emploient aussi pour joindre presqu’immédiatement un adolescent, privilégiant même ce moyen à la conversation téléphonique. Ce faisant, l’adulte peut ainsi apprendre de nouvelles stratégies de communication en se les appropriant pour ses propres échanges non seulement avec les jeunes mais aussi avec d’autres adultes.D’une certaine manière, nous y percevons un transfert hiérarchique de savoir-faire qui s’effectue des jeunes aux adultes, à l’inverse du processus de transmission habituel du savoir, et croyons qu’il serait avantageux d’exploiter cette situation pour établir des liens interculturels et intergénérationnels entre des étudiants de cégep ou d’université et une clientèle immigrante en milieu scolaire. Cela permettrait de meilleures relations entre ces groupes, favoriserait les liens les unissant et augmenterait la qualité de leurs apprentissages. Pour y arriver, il nous faudra d’abord trouver une place positive au texto dans le débat qui fait rage actuellement en éducation en misant notamment sur son utilité comme moyen de communication multifonctionnel et comme outil téléprésence, pour ensuite penser à des socles pédagogiques pour le développement de scénarios efficaces." Suite du billet de Rachel Malo et Luc Renaud. Source de l'image.

"On appelle ça la semaine de relâche. On pourrait aussi appeler ça le festival des textos. Les relâchés vont s'en échanger plein dans les prochains jours." Suite de la chronique de Stéphane Laporte.

1 commentaire:

12345 a dit…

Cet article me choque, car je considère que les textos n’ont pas leurs places dans les écoles. Le message texte est sans aucun doute un moyen de communiquer qui est de plus en plus présent dans notre société. Doté de nombreux avantages qui permettent une communication rapide et efficace entre deux personnes, le texto peut s’avérer une vraie plaie comme on le mentionne dans l’article. D’un point de vue social, il s’agit, selon moi, d’éliminer petit à petit les contacts interpersonnels ainsi que de nuire à l’expression corporelle et verbale lors d’un dialogue avec une personne. D’un point de vue linguistique, la flexibilité de la langue française lors d’échanges textuels devient trop large pour des élèves n'ayant pas encore bien appris à construire leurs phrases ni à appliquer correctement les règles grammaticales dans leur cours de français. D’ailleurs, avec l’arrivée des textos, j’ai pu constater une grande détérioration de mon français écrit et oral ainsi que celui de mon entourage. Les gens sont tellement habitués d’écrire de cette façon qu’ils ont de la difficulté à raisonner logiquement lorsqu’ils doivent écrire un texte ou une lettre. Sur le plan pédagogique, si l'on veut intégrer les textos à l’école, il s’agirait de permettre l’utilisation du téléphone cellulaire en tout temps. De ce fait, il faudrait davantage surveiller ce que les élèves font exactement sur leur téléphone pour savoir si cela est pertinent dans le cadre du cours. Aussi, en utilisant ce moyen, il faudrait que tous les élèves possèdent un appareil ce qui occasionne des frais à leurs parents ou à eux-mêmes. Je ne suis pas là pour dénigrer cet outil de communication que certains pourraient appeler «fantastique», mais pour ma part je ne crois pas qu’une intégration pédagogique du texto aurait sa place et serait bénéfique.