jeudi 7 mars 2013

Trottibus, un programme d’autobus pédestre pour les écoles du primaire

"La Société canadienne du cancer, dans le cadre de ses activités en prévention et en promotion de la santé, propose aux écoles primaires de jumeler activité physique, plaisir et sécurité avec le programme d’autobus pédestres Trottibus. Les récentes données sur la santé des jeunes sont peu reluisantes: augmentation constante de l’obésité, diminution importante de l’activité physique quotidienne. Ainsi, selon le rapport Les jeunes et l’activité physique : Situation préoccupante ou alarmante? de Kino-Québec, «les jeunes d’aujourd’hui, comparativement à ceux d’il y a trente ans, sont 40 % moins actifs et l’obésité juvénile a augmenté de 50 %». Suite de l'article de Véronique Alain de la Société canadienne du cancer.

3 commentaires:

DumontJ a dit…

Quelle idée géniale! Un projet novateur, peu couteux qui peut avoir un impact considérable sur nos jeunes et faire la différence entre un style de vie sédentaire ou actif.

De plus, comme le Trottibus permet une activité physique régulière et que les marcheurs y retirent du plaisir à se déplacer. Il y a de fortes chances que les jeunes participants assimilent le comportement et qu’ils le transforment en une saine habitude de vie.

J’y vois aussi une sorte de revitalisation des zones scolaires où les piétons reprendraient leurs droits. Comme automobiliste, nous aurions moins l’impression d’être les seuls à occuper la rue. Je suis plus sensible aux piétons qu’aux affiches de limite de vitesse. Je suis certain que ce genre d’initiative aura un impact aussi sur le comportement des automobilistes.

Je ne pense pas que les besoins d’un enfant de 2013 soit profondément différent des besoins d’un enfant des années 70 mais pourtant les statistiques semblent indiquer le contraire. De reconduire les enfants à l’école en voiture répond bien plus aux besoins des adultes d’aujourd’hui qu’aux besoins des enfants. Un enfant se soucie rarement d’avoir froid, d’être mouillé ou d’être fatigué. Peut-on en dire autant des adultes?

Et si les répercussions positives sur leur santé et leurs apprentissages étaient plus importantes que les inconvénients? Je suis prêt à parier que oui. Des preneurs?

DumontJ a dit…

c Quelle idée géniale! Un projet novateur, peu couteux qui peut avoir un impact considérable sur nos jeunes et faire la différence entre un style de vie sédentaire ou actif.

De plus, comme le Trottibus permet une activité physique régulière et que les marcheurs y retirent du plaisir à se déplacer. Il y a de fortes chances que les jeunes participants assimilent le comportement et qu’ils le transforment en une saine habitude de vie.

J’y vois aussi une sorte de revitalisation des zones scolaires où les piétons reprendraient leurs droits. Comme automobiliste, nous aurions moins l’impression d’être les seuls à occuper la rue. Je suis plus sensible aux piétons qu’aux affiches de limite de vitesse. Je suis certain que ce genre d’initiative aura un impact aussi sur le comportement des automobilistes.

Je ne pense pas que les besoins d’un enfant de 2013 soient profondément différents des besoins d’un enfant des années 70 mais pourtant les statistiques semblent indiquer le contraire. De reconduire les enfants à l’école en voiture répond bien plus aux besoins des adultes d’aujourd’hui qu’aux besoins des enfants. Un enfant se soucie rarement d’avoir froid, d’être mouillé ou d’être fatigué. Peut-on en dire autant des adultes?

Et si les répercussions positives sur leur santé et leurs apprentissages étaient plus importantes que les inconvénients? Je suis prêt à parier que oui. Des preneurs?

Fila a dit…

Cet article me trouble beaucoup. Une certaine ambivalence prend place chez moi puisque cela fait émerger des sentiments contradictoires.

D’un côté, je trouve aberrant que la société doive mettre en place de telles mesures, qui selon moi, visent à combler une lacune au niveau de l’éducation parentale. Je trouve que nous assistons à une déresponsabilisation des parents, face à l’éducation de leurs enfants. Je ne crois pas que ce soit dû à un manque de volonté ou à de mauvaises intentions. Je pense que c’est le rythme de vie actuel qui engendre en grande partie cette situation alarmante.

À l’opposé, je me réjouis de voir que certaines personnes se préoccupent de la santé des jeunes québécois et qu’ils mettent des moyens en place afin d’améliorer la situation. Cela fait plusieurs années que les médias parlent de l’accroissement du taux d’obésité chez les enfants. Pourtant, peu de solutions ont été mises de l’avant jusqu’à maintenant. Je crois que les initiateurs du Trottibus ont ciblé une problématique importante et ce qu’ils proposent est fort intéressant. Le fait d’encourager les déplacements actifs, tout en impliquant les communautés apporte une panoplie de bénéfices. En plus d’augmenter de façon considérable le temps alloué quotidiennement à l’activité physique, ce projet accroît la sécurité et développe le plaisir de se rendre à l’école à pieds. En découvrant les bienfaits de la marche sur leur santé globale, les enfants acquerront une nouvelle habitude de vie qui persistera, je l'espère, dans le temps.