jeudi 11 avril 2013

La maternelle à quatre ans en milieu défavorisé critiquée

"À l'optimisme prudent du milieu scolaire et à la levée de boucliers des associations de CPE succède l'inquiétude des chercheurs universitaires en ce qui a trait à l'implantation de la maternelle quatre ans à temps plein en milieu défavorisé. bEn septembre, aux quatre coins du Québec, ils devraient être environ 1200 bouts de chou de quatre ans à franchir les portes d'une école pour y passer la journée entière en compagnie de 14 à 17 autres camarades de classe et d'un enseignant. Ce qui se déroulera entre les murs de ces salles de classe préoccupe des observateurs du milieu de la petite enfance, dont certains se réuniront vendredi et samedi au Rendez-vous CSQ de la petite enfance, à Longueuil. Tandis que professeurs, penseurs et éducateurs se demandent si la qualité des services sera au rendez-vous et si la mesure aura l'effet escompté - prévenir le décrochage scolaire -, d'autres craignent carrément un effet de ghettoïsation." Suite de l'article de Mélanie Marquis de la presse canadienne.

1 commentaire:

Le confort intellectuel a dit…

Certaines de vos préoccupations sont amusantes pour le directeur d'école maternelle française que je suis. Ici, petits de trois ans, moyens de quatre ans et grands de cinq sont pleinement scolarisés à l'école maternelle, et... tout s'y passe bien! Nos soucis sont autres que les vôtres, et concernent principalement le manque de considération porté aux personnels qui pratiquent ce métier avec abnégation.