jeudi 16 mai 2013

André Stern, 42 ans, jamais allé à l'école

"Ses parents ne l'ont jamais inscrit à l'école. En fait, ils l'ont laissé jouer durant toute sa jeunesse. Et il n'est pas devenu un marginal asocial inculte, jure André Stern, qui professe les bienfaits du lâcher-prise éducatif. Pas simple de cadrer le Français de 42 ans venu visiter la rédaction du Soleil il y a peu. Lui-même refuse les étiquettes, les titres professionnels. Il est luthier, journaliste, musicien, comédien, auteur... Il est l'ensemble des passions qui l'ont guidé au fil de ses apprentissages, explique-t-il. «C'est difficile de me définir par un métier.» En visite au Québec pour présenter quelques conférences, André Stern s'offre en exemple: la non-scolarisation fonctionne, elle est une option non seulement valable mais aussi porteuse, dit-il. Bon, avant de poursuivre, faudrait bien savoir de quoi il est question. Alors, c'est quoi la non-scolarisation? Notre interlocuteur expose succinctement les principes fondateurs: l'enfant apprendrait beaucoup mieux par le jeu, par l'expérimentation, en développant des passions, plutôt qu'assis en classe. «Le cerveau se développe là où on l'utilise avec enthousiasme. C'est la clé. Il est indispensable de la dire.»" Suite de l'article de Baptiste Ricard-Châtelain du Soleil.

Aucun commentaire: