jeudi 6 juin 2013

Combien de jeunes devront encore souffrir ?

"Mardi matin au réveil, je suis secoué par cette nouvelle d’une jeune fille de 14 ans qui s’est enlevé la vie dimanche dernier à Jonquière. Selon ses proches, elle était victime d’intimidation. Chaque fois que j’apprenais le décès d’un jeune dans les médias, je ressentais une grande tristesse, mais pour la première fois c’est la colère qui m’habitait. Combien de jeunes devront-ils mourir avant que le Québec se mobilise et trouve des solutions durables au problème d’intimidation dans les écoles? Les médias rapportent souvent ces cas de suicides atroces, mais la population doit comprendre que ce sont des cas isolés. La majorité des survivants de cette forme de violence doivent négocier avec des problèmes graves de santés mentales (anxiété, dépression, anorexie, boulimie, automutilation), sans compter tous ces élèves qui abandonneront l’école parce qu’ils n’arrivent plus à se concentrer. Un décrocheur coûte en moyenne 25 000 $ par année à l’État." Suite de la lettre d'opinion de Jasmin Roy parue dans Le Journal de Québec

Aucun commentaire: