jeudi 6 juin 2013

La fin de la CREPUQ, «un désastre»

"«La fin de la CREPUQ n’est rien de moins qu’un désastre pour le réseau universitaire». L’ancien recteur de l’Université Laval, Michel Gervais, est catégorique. Il ne voit pas comment la société québécoise et les universités elles-mêmes pourraient se passer de cet organisme en pleine crise et dont plusieurs membres ont annoncé leur intention de partir. «La CREPUQ, c’est un organisme de coordination de services en commun pour le bénéfice de la clientèle étudiante et de la société en général. Cette dimension est plus nécessaire que jamais. Si on l’abolit, par la force des choses, on va devoir la reconstruire d’une autre façon», avance M. Gervais, dans un entretien accordé au Devoir." Suite de l'article de Lisa-Marie Gervais du Devoir.

Aucun commentaire: