lundi 26 août 2013

Bilan noir pour le tableau blanc dans les écoles

"Implanté massivement dans les écoles du Québec sous le gouvernement Charest, le tableau blanc interactif (TBI) est bien loin de livrer la marchandise. Les données préliminaires d’une étude de l’Université de Montréal brossent un portrait dévastateur de cette nouvelle technologie, a appris Le Devoir. Avec son équipe, Thierry Karsenti, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l’information et de la communication (TIC) en éducation, a interrogé 800 enseignants, mais aussi plus de 10 000 élèves du primaire et du secondaire de partout au Québec. Résultat: 86% des enseignants ont trouvé des désavantages au tableau blanc interactif." Suite de l'article de Lisa-Marie Gervais du Devoir et source de la photo.

1 commentaire:

Marie a dit…

Il est vrai que lorsque des tableaux interactifs sont implantés dans des classes sans que les enseignants ne soient aptes à bien les utiliser, ceux-ci peuvent y voir plusieurs désavantages. Pour ma part, contrairement à ce que certains enseignants pensent à propos des tableaux blancs interactifs, je crois qu’ils peuvent être grandement utiles au développement et à l’apprentissage des élèves. En effet, les tableaux interactifs captent l’attention des jeunes et leur fournissent un bon support visuel. Les jeunes sont souvent plus intéressés par l’écran et par son interactivité qu’au classique tableau à craie ou à crayon-feutre. Les tableaux blancs interactifs permettent aux jeunes de pouvoir venir intervenir au tableau en faisant diverses activités, soit des associations, des groupements, des calculs, et bien plus. De plus, ces tableaux comportent de nombreux outils très intéressants notamment utilisés en mathématique. Cependant, plusieurs activités de français, de géographie ou encore de sciences peuvent être présentées. On peut y insérer des vidéos, des images ou encore des sons, ce qui est très attrayant pour l’élève. Par contre, ces tableaux blancs interactifs ont leurs limites, et j’en conviens. Ils sont intéressants à condition qu’ils soient utilisés de manière réfléchie et préparée. Je crois qu’il serait énormément important d’offrir aux enseignants, qui s’apprêteront à utiliser cette nouvelle technologie, des formations afin d’être en mesure de bien l’utiliser. Une formation continue ou un soutien constant pourrait être important dans les débuts afin d’accompagner l’enseignant dans son utilisation d’un tableau interactif et pour que son enseignement soit profitable pour nos jeunes.