samedi 17 août 2013

L'avenir de la CREPUQ

"Le comité de transition chargé de se pencher sur l’avenir de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) est entouré d’un mur de silence. Cette organisation traverse une crise latente attisée par le printemps érable et il est même improbable qu’elle entame ses 51 ans d’existence dans sa forme actuelle. Inutile de chercher quelque éclaircissement que ce soit sur ce comité, fût-il d’ordre technique, comme sa composition, les sujets qui y sont abordés ou l’échéancier prévu. «Par égard aux employés de la CREPUQ», invoque-t-on de source officielle, le mutisme fait foi de tout et les réponses obtenues sont aussi transparentes que celles fournies par le Vatican en temps d’élection de pape. Le Devoir s’est donc tourné vers Jean Bernatchez, professeur et chercheur en administration et politiques scolaires à l’Université du Québec à Rimouski, pour apporter un éclairage sur ce qui se passe du côté de cet organisme regroupant les 18 universités québécoises. Car M. Bernatchez connaît bien le sujet: il a été gestionnaire de l’enseignement supérieur avant de devenir prof en 2007; à ce titre, il a été associé à plusieurs comités de la CREPUQ, dont celui qui portait sur les liaisons entreprises-universités de 1991 à 2006." Suite de l'article de Reginald Harvey du Devoir.

Aucun commentaire: