vendredi 6 septembre 2013

Commissions scolaires outrées

"Interloquées par la déclaration de la première ministre, qui leur reproche d’avoir augmenté les taxes sous le coup de compressions dépassant 200 millions, les commissions scolaires réclament de rencontrer Pauline Marois de toute urgence. «Les commissions scolaires ont subi des compressions d’un demi-milliard de dollars depuis trois ans [...] Leurs frais administratifs sont passés de 5,6 à 4,9 % de leur budget. Il est inexact d’affirmer que les commissions scolaires n’ont pas fait d’effort budgétaire», a fait savoir la présidente de la Fédération des commissions scolaires, Josée Bouchard, par la voie d’un communiqué de presse. Mme Bouchard a refusé l’entrevue offerte par Le Journal de Québec. Pauline Marois a déclaré, à l’occasion d’une entrevue diffusée à TVA mercredi, qu’elle était mécontente des augmentations de taxes décrétées par les commissions scolaires pour l’année 2013-2014. «Elles avaient eu une aide temporaire il y a quelques années. Plutôt que de resserrer leurs règles de gestion, elles ont envoyé ça sur le dos des citoyens [...] On a un petit rendez-vous elles et moi et on va avoir une petite discussion sur cette question. Les citoyens ont raison d’être mécontents», a fustigé la première ministre. Les commissions scolaires n’ont pas de rendez-vous avec leur première ministre, mais elles en réclament un dans les plus brefs délais «afin de rétablir les faits et d’amorcer des travaux le plus rapidement possible pour négocier un nouveau pacte fiscal». Une rencontre est prévue la semaine prochaine à Québec, à la table Québec-commissions scolaires. Le cabinet de la première ministre a refusé de confirmer si Mme Marois sera présente." Suite de l'article de Régys Caron du Journal de Québec.

Aucun commentaire: