samedi 28 septembre 2013

La «classe inversée» : le pari d'enseigner à l'envers

"La théorie à la maison, les devoirs et les exercices à l'école. Voilà ce que suggère la «classe inversée», un modèle pédagogique qui gagne en popularité dans les cégeps québécois et qui a même fait son chemin dans une école primaire de la région de Québec." Suite de l'article d'Annie Mathieu du Soleil.

1 commentaire:

MSimard a dit…

Comme je fais présentement mon baccalauréat en enseignement préscolaire et primaire, je suis enthousiasmée par cette technique d’enseignement. J’ai été surprise que seulement le fait d’inverser notre façon d’enseigner, (faire apprendre la matière à la maison puis faire les devoirs et les projets en classe) puisse motiver davantage les élèves à apprendre et à connaître. Cela semble dynamiser l’ambiance de la classe. Comme les jeunes d’aujourd’hui ont grandi dans les technologies, faire des vidéos dans lesquelles on explique la matière est un bon moyen d’attirer leur attention selon moi.
Le fait que l’élève ait l’opportunité de voir la matière et d’essayer de la comprendre avant le cours amène de nets avantages tant à l’élève qu’au professeur. En effet, les jeunes doivent, suite au visionnement de la capsule, écrire ce qu’ils ont compris et ce qui leur pose problème. Ainsi, cela donne l’occasion à l’enseignant, pour le cours suivant, de préparer des exercices appropriés aux difficultés les plus communes des jeunes de sa classe.
De plus, comme la matière est déjà vue à la maison, cela donne davantage de temps à l’enseignant pour aider les élèves dans leurs devoirs et leurs projets en classe ou pour expliquer la matière qui pose problème. Les élèves bénéficient alors davantage de l’aide de la part de l’enseignant. Cela est très important selon moi, car c’est comme cela qu’on peut savoir si l’enfant a bien assimilé la matière du cours ou s’il s’améliore, ce que le cours magistral permet moins.
Je souhaite, lorsque je serai enseignante, avoir suffisamment de temps pour aider mes élèves dans leur apprentissage et de pouvoir mieux dépister leurs difficultés; et c’est exactement cette opportunité que permet cette démarche d’enseignement.