samedi 28 septembre 2013

L'école à l'hôpital

"Chaque année, entre 500 et 600 enfants hospitalisés poursuivent leur scolarisation grâce à un enseignant de la Commission scolaire de Montréal, qui leur fait la classe à l’hôpital. Une façon de conserver une certaine normalité dans leur vie chamboulée." Suite de l'article de Nathalie Côté d'Enfants Québec.

3 commentaires:

Michèle a dit…

Avant de lire cet article, je n’avais aucune idée que des hôpitaux offraient un tel service pour les jeunes patients ! Je trouve cela absolument merveilleux ! Évidemment, ce ne doit pas être facile ni pour le jeune, ni pour l’enseignante, mais comme l’article le mentionne, cela doit grandement aider les enfants à se changer les idées. J’ai été hospitalisée pendant 4 jours lorsque j’avais cinq ans, et je me souviens que je m’ennuyais beaucoup, seule dans ma chambre. Bien que mon séjour fut très court, j’aurais adoré voir arriver une enseignante !
Bien évidemment, enseigner à ces jeunes malades ne doit pas être facile. Mais, j’imagine que ce travail est extrêmement gratifiant. Parfois, les connaissances et les découvertes qu’ils feront avec l’orthopédagogue doivent être la seule bonne chose de leur difficile journée à combattre la maladie. Ces jeunes doivent aussi beaucoup apprécier la visite de quelqu’un qui ne leur donnera ni médication, ni injections, et qui n’est pas là pour leur apprendre une mauvaise nouvelle.
Cet article traite principalement de la disponibilité du service dans la région de Montréal, mais j’aimerais beaucoup savoir ce qu'il en est des autres hôpitaux. L’école à l’hôpital est-elle offerte en région ?
Être parent, en tout cas, j’apprécierais beaucoup que mon enfant soit supporté dans son éducation en attendant son rétablissement.

Audrey a dit…



Je crois que l’idée de faire l’école à l’hôpital est vraiment quelque chose qui peut paraître banal, cependant je crois que c’est la meilleure chose que nous pouvons offrir à ces enfants qui vivent une situation qui est souvent difficile. En offrant aux enfants de continuer à faire des apprentissages, l’enfant se change les idées, continue à développer ses connaissances et l’enseignement leur est adapté et personnalisé. Dans cet article, ils disent que les enseignantes ont une heure par jour avec l’enfant, nous pouvons croire que cela est peu, mais en même temps, il faut penser que l’enfant est malade et a besoin de beaucoup de repos pour guérir et aller passer des examens. De plus, avec cette heure « d’école » par jour, lorsque l’enfant ira mieux au niveau de sa santé, il va peut-être pouvoir réintégrer son groupe et cela sans avoir trop pris de retard. Cette aide est sûrement très appréciée car ce n’est pas tous les parents qui ont les compétences ou les connaissances requises pour faire l’école à leur enfant. Puis, le fait d’avoir le support d’une autre personne peut apporter du réconfort à toute la famille et enlever un poids sur le dos des parents qui vivent déjà beaucoup d’émotions et de stress par rapport à la santé de leur enfant.

Audrey

Ariane Normandeau a dit…

En ce qui me concerne, j'avais déjà entendu parler de l'école à l’hôpital. Par contre, je ne savais pas clairement comment cela se passait à l'intérieur de l'établissement. Je trouve que le fait de pouvoir offrir une éducation aux jeunes malades est une occasion en or pour eux. Même si ceux-ci sont malades, le désir d'apprendre est là et cela leur permet, j'en suis sur, de ne pas seulement penser à leur maladie. En ayant une éducation pendant leurs traitements à l'hôpital, ces jeunes peuvent continuer de cheminer et d'avancer pour ensuite en ressortir gagnants. Ce n'est pas seulement quelque chose que juste les jeunes peuvent profiter mais aussi les professeurs qui font l'école à l'hôpital. Pour eux, c'est sans aucun doute une expérience différente que de donner des cours dans une école et cela est certainement très enrichissant. L'école à l'hôpital est une chance inestimable que les professeurs peuvent offrir aux jeunes et qui, j'en suis certaine, plait énormément aux parents de ces enfants.