samedi 14 septembre 2013

Lecture pour s'endormir : une pratique qui se perd chez les parents

"Les enfants lisent peut-être plus numériquement, bien que les études soient contradictoires sur le sujet. Du moins, le taux d'adoption des manuels scolaires numériques n'est pas vraiment à la hauteur de ce que l'on pouvait souhaiter. En parallèle, la question de la lecture de chevet intéresse beaucoup les chercheurs, et les études se multiplient sur la question. Toujours avec le même constat: les parents manquent de temps... (...) Ainsi, 87% des parents lisent des histoires à leurs enfants pour qu'ils s'endorment, mais seuls 33% le font tous les soirs. En moyenne, ils le font tout de même 5 soirs par semaine, pour une durée de 10 à 19 minutes (plus de 50%) contre plus de 20 minutes (un quart). Chose intéressante: le temps de lecture a tendance à augmenter avec l'âge de l'enfant - qui s'endort peut-être simplement moins vite à mesure qu'il grandit. " Suite du billet de ActuaLitté.

2 commentaires:

Michèle a dit…

La lecture avant le coucher est, à mon avis, primordiale chez l’enfant en bas âge. Premièrement, cela constituera pour la plupart des jeunes le premier contact qu’ils auront avec un livre. Le coucher étant une période tranquille de la journée, ce contact se fera d’une manière agréable puisque l’enfant passera du temps de qualité en compagnie de son père ou de sa mère. Cela l’amènera donc tranquillement à apprécier la lecture. Aussi, il est intéressant de lire avant de s’endormir étant donné que plusieurs études démontrent qu’il est plus facile de retenir les acquis faits à ce moment qu’en début de journée puisque la nuit est un moment crucial dans la consolidation de nos connaissances (http://sante-medecine.commentcamarche.net/contents/843-sommeil-et-memoire ; http://www.larecherche.fr/actualite/cerveau/comment-sommeil-consolide-apprentissage-01-09-2009-69254). Bien que je doute de la pertinence de la recherche menée par le vendeur de vêtements et de meubles, la seconde, réalisée par Harris Interactive, semble plus fiable. Je suis étonnée du pourcentage de parents lisant avec leur enfant le soir. Je m’attendais à une bien plus faible proportion. Il est par contre triste que seulement 33% font la lecture tous les soirs. Je doute que la véritable raison soit le manque de temps. Je pense qu’en fait, il faut juste prendre le temps et organiser le coucher en fonction de la lecture. Par exemple, un enfant plus âgé peut se charger une fois ou deux par semaine de lire l’histoire aux plus jeunes. Je ne pense pas que le format (numérique ou papier) du livre soit réellement important. Le principal est d’intéresser l’enfant à la lecture afin de favoriser, au final, sa réussite scolaire.

Marie-Ève Corbin a dit…

Je trouve dommage que, par manque de temps, de moins en moins de parents fassent la lecture à leurs enfants avant le coucher. Cela illustre comment une société qui préconise la performance et la productivité délaisse parfois des valeurs fondamentales telles que le temps accordé aux enfants.
À mon avis, l’importance de la lecture de chevet en bas âge repose sur le fait qu’elle incite l’enfant à vouloir apprendre. En effet, les histoires cultivent l’imaginaire et éveillent la curiosité intellectuelle. Un enfant qui se fait raconter une histoire par un adulte expressif qui l’engage dans le récit en le questionnant développera le goût d’apprendre à partir de l’intérêt développé pour la lecture. Par ailleurs, la lecture avant le coucher m’apparaît déterminante quant à l’établissement de relations. Effectivement, lorsque l’enfant n’est âgé que de quelques mois, même s’il ne saisit pas encore le sens des mots, il pourra développer un lien affectif pour son parent à travers cette activité. Concernant l’enfant plus âgé, je crois que de lui faire la lecture est également essentiel puisque cela favorise la discussion et le rapprochement entre lui et son parent.
Quant à l’aspect du livre, le format palpable comportant parfois certaines textures ou des pages en trois dimensions permet, selon moi, une meilleure assimilation du contenu.