vendredi 13 septembre 2013

Les religieux et leurs costumes

"J’en ai entendu une bonne dans la bouche du ministre Drainville. Il a déclaré jeudi midi sur les ondes de Radio-Canada que l’État, au temps de Jean Lesage, avait imposé aux religieux catholiques de se départir de leurs costumes religieux dans les écoles. Il n’en est rien. Les religieux et surtout les religieuses ont délaissé leurs habits, d’abord à la demande que leur a faite le Concile Vatican II des années 60 de se moderniser un tant soit peu. Les sœurs ont commencé par simplifier leurs costumes traditionnels pour progressivement l’abandonner complètement. Elles l’ont fait, d’une part sous l’influence de la sécularisation de la société québécoise qui a pris son élan dans les années 70. Surtout, elles ont voulu vivre comme le « monde ordinaire » au service duquel elles sont restées fortement engagées. Quant au clergé masculin, il a délaissé la soutane dans les années 60 pour passer au « clergyman », puis à l’habit séculier dans les années 70-80, à la fois sous la pression de la sécularisation, mais aussi pour une bonne raison ecclésiologique: la soutane et le complet noir étaient les habits traditionnels du clergé, Ils étaient le signe d’appartenance à une « classe » particulière au sein de l’Église, hiérarchiquement plus élevée que le laïcat. On a enfin compris que la fraternité, et donc l’égalité de tous dans la foi, était plutôt au fondement de la communauté chrétienne." Suite du billet de Jean-Pierre Proulx.

Aucun commentaire: