dimanche 29 septembre 2013

Un anti-virus contre le décrochage scolaire

"Prévenir et réduire le décrochage scolaire est un des grands défis sociaux au Québec: 41% ne réussissent pas à terminer leur secondaire en 5 ans. J’ai rencontré une des équipes qui font concrètement reculer le décrochage: Perspectives jeunesse, établi dans l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie. Présentes chaque jour dans trois écoles secondaires, les intervenantes de Perspectives jeunesse offrent une écoute individuelle et des projets à chaque jeune à risque de décrochage. Deux volets d’intervention permettent de travailler en amont et en aval des situations de décrochage : Option et Drop-in. Le premier vise une réduction du taux de décrochage en décelant dès les premiers jours de classe les jeunes qui seraient plus portés à abandonner afin de leur offrir une approche personnalisée en début de parcours. Drop‑In vise plutôt une réinsertion scolaire des jeunes qui ont perdu leur motivation par une mise en action et l’élaboration d’un projet de vie englobant, notamment par des stages en milieu de travail dans des entreprises telles qu’Ubisoft. Les résultats sont probants" Suite du billet de Jean-François Lisée.

1 commentaire:

Étudiante11 a dit…

Le décrochage scolaire a bien sûr son lot d’inconvénients autant auprès du décrocheur lui-même qu’auprès de la société en général. Plusieurs conséquences, à moyen ou à long terme, résultent du décrochage scolaire : moins de payeurs de taxes et d’impôts, moins de travailleurs qualifiés et davantage de dépenses de la part du gouvernement pour venir en aide aux personnes sans emploi ou à faible revenu. Pour ma part, je trouve que le programme offert par les intervenants de Perspectives jeunesse est fort intéressant. Effectivement, le fait d’écouter et de prendre du temps pour chaque individu permettra à ce dernier de parler de ses difficultés (personnelles, familiales, scolaires, etc), de se sentir important, tout en déterminant des outils pour répondre à ses besoins particuliers. D’une part, le volet d’intervention « Option » propose d’intervenir précocement. Je pense fortement que ce système apporte plusieurs effets positifs et diminue, à la source même, les effets des facteurs pouvant entraîner le décrochage scolaire. Ici, le dicton « mieux vaut prévenir que guérir » prend tout son sens, puisqu’il est plus facile d’intervenir avant que le problème surgisse. D’autre part, en ce qui a trait au volet d’intervention « Drop-in », je trouve que la mise en application d’un projet permet aux élèves de concrétiser leurs apprentissages. Ce programme s’adapte également aux divers types d’apprentissage des élèves, particulièrement à ceux qui sont plus manuels et visuels. Ce système est une excellente source de motivation et de réinsertion scolaire étant donné que les élèves voient l’importance de l’école et du rôle qu’elle joue dans la réalisation de leur but.