jeudi 17 octobre 2013

25 millions $ pour rénover les labos des écoles

"Le gouvernement Marois veut favoriser l’apprentissage des sciences chez les jeunes. Premier objectif: retaper les vieux labos désuets des écoles secondaires. Québec va injecter 25 millions de dollars dans le réseau de l’éducation pour rénover les laboratoires de sciences dans les écoles de la province, a appris le Journal. Bien souvent, ces locaux n’ont pas été retapés depuis près de 40 ans. Ces travaux de mise à niveau sont «cohérents» avec la politique nationale de la recherche et de l’innovation, qui va mettre l’accent sur les sciences pures et appliquées, indique une source gouvernementale. Cette politique sera annoncée aujourd’hui par Pierre Duchesne, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie." Suite de l'article de Charles Lecavalier du Journal de Québec.

1 commentaire:

CPronger20 a dit…

De toute évidence, j'encourage les investissements dans le milieu de l'éducation de la part de notre gouvernement, et d'emblé ceux qui touchent la rénovation des vieilles installations de nos écoles, dans le cas présent, une rénovation de nos laboratoires de sciences.

Selon mon expérience vécue, je vous confirme l'importance de ces investissements puisqu'il est vrai que les équipements en sciences et technologies dans les écoles secondaires de la province ne respectent plus les normes, elles sont démodées et vraiment usées. Par exemple, lors de mon passage au secondaire, j'ai pu constater que mon laboratoire de sciences était loin d'être technologique, nous n'avions aucune balance électronique et nos plaques chauffantes dataient d'environ 20 ans. C'est donc l'une des raisons pourquoi qu'à l'heure actuelle, la standardisation de nos infrastructures scolaires s'avère une tâche importante à accomplir dans le domaine de l'éducation pour le gouvernement présentement au pouvoir, et ce, dans les plus brefs délais possibles.

Finalement, je pense qu'avec de nouveaux équipements technologiques dans nos labos, les jeunes auraient probablement une motivation additionnelle à travailler avec ces nouveaux outils, ce qui permettrait dans certains cas une augmentation de leurs connaissances en sciences. Bref, comme le relatent les statistiques véhiculées dans l'article, le Québec a un léger retard pour l'apprentissages de ses étudiants en sciences vis-à-vis les autres provinces et c'est en investissant de la sorte que le gouvernement pourra aider à combler ce retard.