mardi 22 octobre 2013

Difficultés des garçons à l'école : un modèle scolaire «à refaire en entier»

"«L'école, ça m'a zéro marqué. On m'a dit que j'allais rien faire de bon dans la vie», lance tout de go Dominic Gagnon, président fondateur de l'agence Piranha à Québec. Pour le lauréat de plusieurs prix d'entrepreneuriat âgé de 26 ans, c'est parce que le système scolaire est fait pour les filles que les garçons décrochent ou du moins, n'accrochent pas comme leurs profs le souhaiteraient. " Suite de l'article de Annie Mathieu du Soleil.

1 commentaire:

Marie-Pier Bouchard a dit…

Tout d’abord, je tiens à dire que cette article me donne une mauvaise opinion du Soleil, car il basse son article tout entier sur l’opinion d’une seule personne qui, bien qu’elle est réussi dans sa vie, n’utilise comme arguments que son expérience personnelle et ses propres impressions. Ne nous questionnons pas sur le pourquoi il n’a pas réussi à l’école. Pour qu’un article me convainque il me faut plus qu’une référence à l’autorité. J’aurais voulu des statistiques, car pour moi le fait que les filles ont besoin de savoir comment faire un problème de math quand, pour les garçons, il ne suffit qu’à leur expliquer le pourquoi, n’est qu’un préjugé. Sans vouloir prendre mes expériences personnelles comme seul argument, je tien à dire que en tant que fille, j’aime moi aussi qu’on m’explique pourquoi je dois résoudre tel problème de mathématique. Dominic Gagnon nous explique que ses enseignants ne croyaient pas en lui, mais cela nous prouve-t-il que l’école n’est pas faite pour les garçons. Son histoire aurait aussi bien pu arriver à une fille. Selon moi, ce que nous prouve cet article c’est que l’école n’est pas faite pour tout le monde et qu’elle mérite certaines améliorations qui, en passant se sont peut-être déjà produites, car son expérience date d’avant la dernière réforme.