mardi 19 novembre 2013

Directeur d’école, un métier aux multiples facettes

"Rencontres, gestions, lien avec la communauté, le métier de directeur d’école compte plusieurs tâches. Dans le cadre de la Semaine des directions d’établissements scolaires, le Châteauguay Express.caet le Valleyfield Express.ca en ont rencontré deux. Le premier, Jean-Pierre Bernard, dirige l’école primaire Notre-Dame de l’Assomption, située à Châteauguay depuis un an. Son homologue, Annie McSween, gère 650 élèves répartis dans trois établissements de Coteau-du-Lac." Suite de l'article de Marie-Claude Pilon.

1 commentaire:

Johanne Hébert a dit…

L’article de Marie-Claude Pilon me réjouit par son réalisme. Il souligne, en effet, que le métier de directeur d’école en est un aux multiples facettes.
Je crois, tout comme ces deux directions d’établissements scolaires, qu’il faut aimer les enfants et avoir enseigné avant d’exercer cette profession. Ainsi, il est plus facile de comprendre le personnel, de les accompagner, de les amener à améliorer leurs pratiques professionnelles et d’être plus autonomes et responsables au regard de leur rôle. Pour être un leader efficace, il est certain qu’il faut être passionné, rassembleur, animateur, conciliateur, visionnaire et avoir un habile pouvoir d’influence afin de rallier les gens dans l’intérêt de l’école.
À titre de directrice adjointe, je prends davantage conscience de la complexité et de l’incertitude qu’apporte ce travail. Ajoutons à cela l’imprévisible et l’inattendu qui colorent mon quotidien! Tout comme eux, je ne compte plus mes heures. Je connais l’heure à laquelle j’arrive, mais rarement l’heure de mon départ.
Comme le mentionne les deux directions, dans un contexte de ressources limitées, il est primordial d’y accorder une attention toute particulière dans le but de répondre efficacement à notre mission scolaire (instruire, qualifier, socialiser). Il faut penser à une réorganisation de nos ressources afin d’arriver à mieux répondre aux besoins des élèves et ainsi s’adapter aux différents changements. En fait, nous devons savoir transformer les problématiques en situations d’apprentissage.
Tel qu’il est mentionné, il est vrai que ce travail n’est pas toujours facile, mais le leader qui inculquera cette vision : « Qu’ensemble, on peut faire une différence. », contribuera à la formation des générations futures et amènera une mobilisation des intervenants ainsi qu’un sentiment de fierté et d’accomplissement. Selon moi, c’est cela la clef de la réussite tant financière, humaine, matérielle qu’informatique.