mardi 5 novembre 2013

Réforme éducative pour garçons agités

"Selon les propos de la psychologue Michael Thompson rapportés dans cet article, l’attitude des filles sied davantage au système scolaire actuel. En effet, dans notre économie du savoir, la réussite scolaire n’aura jamais été aussi importante. À cet égard, la gent féminine s’adapte mieux que sa contrepartie masculine. Il en résulte qu’en classe, les garçons sont parfois perçus comme des filles avec des défectuosités. Selon Monsieur Thompson, si les garçons sont agités et inattentifs, c’est à l’établissement scolaire de s’ajuster et de rectifier le tir. Voici un survol des trois recommandations proposées dans l’article pour réformer l’école: (1) le retour de la récréation; (2)  réconcilier garçons et lecture; (3) travailler de concert avec l’imagination des jeunes garçons. Lors d’une tâche d’écriture, les récits personnels emplis d’émotions et de confessions sont très prisés des enseignants, tandis que les histoires de jeux vidéo, de compétitions de planche à roulettes ou de monstre dévorant une ville le sont moins. Pourtant, selon Michael Thompson, les enseignants auraient avantage à se réconcilier avec l’esprit du jeune garçon pour assurer son épanouissement. C’est justement lorsqu’ils font face au rejet de leurs intérêts qu’ils sont susceptibles de se désengager." Suite du billet de Brigitte Lévesque du CTREQ.

Aucun commentaire: