jeudi 5 décembre 2013

Un chercheur dresse un portrait inquiétant du métier d'enseignant

"Les conditions des enseignants québécois se dégradent à tel point que Maurice Tardif s'inquiète du sort de l'école publique. Dans son plus récent ouvrage, le père de l'un des plus importants centres de recherche en éducation au Canada dresse un portrait peu réjouissant de l'évolution du métier et de son avenir. L'éminent chercheur du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante et professeur à l'Université de Montréal se défend d'être pessimiste. Il plaide plutôt une volonté de faire un état des lieux le plus juste possible en puisant dans l'histoire de la profession. Bref, d'être réaliste. Et à l'heure actuelle, les chiffres parlent d'eux-mêmes, selon M. Tardif. Il évoque le taux de diplomation au secondaire en cinq ans, qui est d'«à peine 55%». Avant que la diplomation monte à 85%, «il faut attendre que les jeunes atteignent l'âge de 24 ans», illustre l'expert, certain que l'école publique échoue lamentablement à sa mission. «Les conditions de détérioration d'apprentissage dans l'école publique se reflètent dans les conditions de travail des enseignants dans l'école publique», plaide-t-il. Il reprend d'ailleurs cette idée comme thèse centrale dans son livre." Suite de l'article de Annie Mathieu du Soleil et source de la photo.

Aucun commentaire: