lundi 24 février 2014

Le Centre de formation des adultes de Mont-Joli lance son « pool » de lecture

"Lancement, récemment, d’un projet portant sur la lecture au Centre de formation des adultes de Mont-Joli-Mitis. Ce n’est pas un sujet nouveau car la lecture a un impact direct sur les apprentissages. Dans chaque matière, les élèves doivent maîtriser la langue d’enseignement et développer de bonnes stratégies en lecture. Les difficultés les plus soulevées sont en lien direct avec la lecture : compréhension de lecture, compréhension des consignes, organisation des idées, etc. Toutes ces lacunes peuvent être améliorées en lisant davantage." Suite de l'article de Roger Boudreau de L'Avantage.

1 commentaire:

Marie-Hélène a dit…

Je suis emballée face à la lecture de cet article. En tant que lectrice du journal l’Avantage, je tiens à féliciter Mme Saint-Germain et Mme Loubert, auteures de ce dynamique projet, les élèves participants, Mme Doyer qui, avec sa notoriété, a su certainement donner de l’effervescence à tout ceci, M. Boudreau , auteur de cette inspirante chronique ainsi que tous les partenaires impliqués de près ou de loin. Chapeau! Trop souvent les médias nous dépeignent une réalité lourde et difficile dans les murs de nos écoles. C’est effectivement souvent le cas mais ce n’est pas tout. De très belles choses s’y vivent et nous en avons un bel exemple ici. En tant qu’enseignante, j’offre du temps de lecture à mes élèves, je propose des lectures diversifiées et attrayantes (notamment pour les garçons), nous assistons à la présentation d’auteurs, etc. Toutes ces activités orientées vers la lecture sont concrètement très « payantes ». Je parle ici tant au niveau de la motivation scolaire qu’au niveau des performances académiques des élèves. L’équation est facile : les jeunes qui sont de bons lecteurs ont de meilleurs résultats, toutes disciplines confondues. Pourtant, malgré tous les efforts réalisés par les enseignants pour faire lire les enfants, force est de constater que ce n’est pas encore assez. En 2009, dans le cadre d’un projet SIAA (agir autrement) j’ai expérimenté dans une école un projet ressemblant en quelques points à celui évoqué dans l’article. L’impact de ce type d’activité est majeur. Non seulement il enthousiasme les jeunes et le personnel de l’école mais il rayonne bien au-delà. Les gens de la communauté sont fiers de s’y associer. À la maison, les parents sont heureux de voir leurs enfants se désintéresser aux jeux vidéo pour les voir passer plus de temps captivés par un roman. Souvent, selon les propres aveux des parents, ils ressortent eux-mêmes un bouquin laissé inachevé sur une étagère et planifient un moment dans la routine familiale pour pratiquer la lecture. Visiter leur bibliothèque locale devient une nouvelle sortie en famille prévue à l’horaire. J’aimerais donc conclure mon commentaire avec un proverbe sénégalais qui illustre avec justesse toute l’importance de la mobilisation de la communauté dans la réussite scolaire de nos jeunes : Ça prend tout un village pour élever un enfant.