mardi 25 février 2014

Les écoles publiques peinent à garder leur clientèle au secondaire

"S'ils préfèrent les bancs d'école publics au primaire, près du tiers des élèves de certaines commissions scolaires de la grande région de Québec choisissent de poursuivre leur cheminement dans les écoles privées au secondaire. Les autorités scolaires redoublent d'efforts pour freiner l'exode, alors que certains de leurs établissements sont loin d'être bondés. Sans surprise, les commissions scolaires des Découvreurs et des Navigateurs sont celles où l'hémorragie est la plus importante. Dans la première, 28% des enfants étaient partis en septembre dernier du réseau public, ce qui correspond à un peu moins de 250 élèves. Dans la seconde, les chiffres ne sont pas aussi précis, mais la porte-parole, Louise Boisvert, indique qu'en moyenne, c'est 30% de la clientèle qui choisit le privé." Suite de l'article de Annie Mathieu du Soleil.

1 commentaire:

Maude Gagné a dit…

La déperdition de nos élèves vers le privé est effectivement un sujet très d’actualité chez tout le personnel de la commission scolaire des Navigateurs. Lors de l’élaboration de la nouvelle planification stratégique, la question a été étudiée plus profondément pour tenter de découvrir les raisons qui motivent les parents à inscrire leurs enfants dans les écoles privées plutôt que dans nos propres écoles. Le sujet est préoccupant et il apparaît que chacun des réseaux travaille d’arrache-pied pour garder sa clientèle et lui offrir des programmes et des concentrations pouvant répondre aux besoins et aux intérêts du plus grand nombre possible. En s’y attardant un peu, on découvre rapidement un grand éventail de possibilités pour les jeunes. Les écoles sont créatives et mettent en place de nombreux projets. Sur cet aspect, les écoles publiques n’ont donc rien à envier au secteur privé. Mais la question de l’encadrement est souvent mise de l’avant pour expliquer le choix vers le privé. À la commission scolaire des Navigateurs, des efforts impressionnants sont faits pour offrir aux élèves un milieu de vie sécuritaire et épanouissant. En février dernier, un article a été placé sur l’intranet de la commission scolaire pour expliquer en quoi consiste l’encadrement et quels moyens sont mis en place dans ses différents établissements pour assurer cet encadrement. La lecture de cet article nous démontre à quel point la question est prise au sérieux et que là aussi, chaque milieu travaille intensément pour offrir aux jeunes un environnement sécuritaire. C’est donc dire que la commission scolaire ainsi que ses différents acteurs se soucient grandement de la question de la déperdition. Bien que le pourcentage d’élèves se dirigeant vers le privé semble assez élevé, les efforts déployés depuis les dernières années sauront certainement aider à rétablir la situation.