lundi 3 février 2014

Plus de visibilité et de financement recherchés

"L’implantation des classes de maternelle dès l’âge de quatre ans a fait couler beaucoup d’encre en 2013, mais la présidente de la FCSQ, Josée Bouchard, dresse un bilan positif de cette première année d’implantation, qui se fait de manière très progressive. «Le gouvernement nous a demandé d’intégrer une classe de maternelle par commission scolaire, même si quelques-unes avaient les moyens et les ressources de créer deux ou trois classes. Selon les échos que nous avons, l’implantation se passe très bien en général.» Rappelons que cette initiative découlait d’un programme du ministère de l’Éducation, de Loisir et du Sport, Agir Autrement, en place depuis 2002, qui vise les écoles défavorisées dans tout le territoire québécois. «Le but était de donner une impulsion à des milieux moins favorisés et de mettre en place une meilleure stimulation de certains enfants, explique Josée Bouchard. La recherche le démontre: lorsqu’on agit tôt sur le développement des enfants, les effets positifs se font sentir.»  Mais certaines commissions scolaires ont dû faire face à des défis, notamment en devant choisir une école où implanter cette classe de maternelle, alors qu’elles comptent plusieurs écoles défavorisées dans leur secteur. Le second défi, ajoute la présidente de la FCSQ, a été de convaincre les parents du bien-fondé de ce nouveau programme." Suite de l'article de Sarah Poulin-Chartrand du Devoir.

Aucun commentaire: