lundi 10 mars 2014

Pourquoi assombrir encore la profession enseignante ?

"On ne saurait reprocher à une chef syndicale de se préoccuper des conditions de travail de ses collègues. C’est son devoir premier. Mais il y a la manière. Le reportage paru dans Le Devoir, dans le cadre de la Journée de la femme, du samedi s’intitule: «C’est sept jours sur sept, être enseignante». Il  fournit un bel exemple d’un récit qui contribue à assombrir encore plus l’image de la profession enseignante." Suite du billet de Jean-Pierre Proulx.

Aucun commentaire: