jeudi 26 juin 2014

Au Québec, interdit d'avoir de mauvaises notes !

"Le quotidien montréalais Le Devoir nous apprenait le 3 juin que le ministère de l'Éducation, devant un taux d'échec trop élevé lors des examens de quatrième année du primaire, a exigé une nouvelle correction générale, pour tirer les notes vers le haut. Il ajoutait une précision: aucun élève ne devra voir sa note révisée à la baisse. L'ambiguïté n'était pas permise: il fallait monter les notes pour donner l'impression que le système d'éducation atteint ses objectifs et que les élèves y réussissent globalement. Ce choix autorise le ministère à se moquer de ceux qui redoutent la régression culturelle de l'école québécoise. On connaît l'optimisme obligatoire du progressisme scolaire: le niveau monte! Naturellement, cette décision a choqué." Suite de la chronique de Mathieu Bock-Côté paru dans Le Figaro.

Aucun commentaire: