samedi 30 août 2014

La détresse des travailleurs en milieu scolaire

Violence, précarité d’emploi, classes trop lourdes, tâches complexes. Des chercheurs de l’Université Laval sonnent une fois de plus l'alarme. Ces situations menacent la santé mentale de nos enseignants. Lorsqu’elle est devenue enseignante il y a une quinzaine d’années, Ariane voulait sauver le monde. Quelques années plus tard, exténuée, elle a réalisé qu’elle allait devoir sauver... sa peau. Diagnostic: dépression. «On m’a mis en arrêt de travail. J’ai du mal à dire dépression. Entre collègues on ne veut pas prononcer ce mot-là, mais on se voit aller et on sait que l’autre est en train de se pousser à bout», confie-t-elle. Près d’un enseignant sur cinq qualifie sa santé mentale de moyenne à médiocre, un sur deux a un emploi précaire et un sur quatre songe à quitter la profession. Marie-France Maranda jongle avec ces statistiques depuis le début de sa carrière. Spécialiste en santé mentale au travail, elle a voulu savoir ce qui se cache derrière les chiffres et la réalité quotidienne de ces travailleurs en milieu scolaire. Pendant six mois, elle a réuni de petits groupes d’enseignants et les a écoutés décrire ces situations qu’elle qualifie d’inacceptables. Ces témoignages ont par la suite été validés auprès de 4000 travailleurs du milieu de l’enseignement et réunis dans un ouvrage intitulé Prévenir les problèmes de santé mentale au travail." Suite de l'article de Isabelle Maher du Journal de Montréal.

Aucun commentaire: