mercredi 27 août 2014

Le retour en classe promet d’être un casse-tête pour bien des familles démunies

"La rentrée scolaire est loin d’être une partie de plaisir pour tous. D’une année à l’autre, l’équipe du Regroupement des Magasins-Partage le constate quand le mois d’août tire à sa fin. La cofondatrice et directrice générale de cet organisme de bienfaisance, Sylvie Rochette, soutient qu’à Montréal, il y a «quatre familles sur dix qui vivent sous le seuil de la pauvreté» et, à son avis, au sein de la plupart des foyers démunis, le simple fait de devoir éponger les diverses factures associées au retour en classe représente un véritable cauchemar. Mme Rochette évalue que désormais, pour un seul enfant, le montant total à débourser peut facilement osciller entre 700 et 900$ et ce, même si bien des responsables d’école font des pieds et des mains pour être «plus raisonnables» par rapport au nombre d’items réclamés et «pour mettre moins l’accent sur les marques». Elle précise que leurs efforts sont malheureusement annihilés par les coûts galopants des effets scolaires." Suite de l'article de L'Actualité.

"Gratuite, l'éducation obligatoire? Les nombreuses factures qui attendent les parents à la rentrée peuvent en faire douter. La Loi sur l'instruction publique (LIP) et le régime pédagogique prévoient tout de même la gratuité des services éducatifs." Suite de l'article d'Isabelle Pion de La Tribune.

Aucun commentaire: