jeudi 4 septembre 2014

Évaluation des enseignants: un syndicat réagit aux propos de Bolduc

"Plutôt que de songer à évaluer les enseignants, le gouvernement Couillard devrait plutôt « se préoccuper des vraies affaires, c'est-à-dire accorder les moyens à l'école de mieux soutenir la réussite des élèves», plaide la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE), qui représente 60 000 profs au Québec. La réaction syndicale n'a pas tardé après la parution, mercredi, d'une entrevue dans Le Soleil avec le ministre Yves Bolduc, qui affirme réfléchir à un système d'évaluation des enseignants, un peu à l'image de ce que fait le Collège des médecins. Par la bouche de sa présidente Josée Scalabrini, la FSE a attrapé la balle au bond. «Il faut encore rappeler au ministre Bolduc que le réseau scolaire ne se gère pas comme celui de la santé et que les objectifs y diffèrent fondamentalement. Revaloriser la profession enseignante, mais à coût nul, comme il le dit, ne passe assurément pas par une augmentation de la pression sur le dos des enseignantes et enseignants, surtout dans un contexte où on coupe effrontément dans les moyens qu'on met à leur disposition pour les aider à faire réussir les élèves.»" Suite de l'article de Louise Leduc de La Presse.

"Les déclarations du ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, qui veut mettre en place un mécanisme d'évaluation des profs, ont été reçues comme une claque en pleine face par les syndicats d'enseignants, qui demandent une rencontre d'urgence avec le ministre." Suite de l'article de Daphnée Dion-Viens du Soleil.

Aucun commentaire: