dimanche 14 septembre 2014

Le programme d’aide aux devoirs n’est pas un luxe

"Réduire le programme d’aide aux devoirs dans plusieurs les écoles de Montréal est un geste insensé du gouvernement Couillard, et les commissions scolaires ont raison de le crier haut et fort. Cela montre une vision à court terme et une incompréhension des problématiques liées à la pauvreté. Plus de 40 % des élèves de la Commission scolaire de Montréal vivent dans une famille à faible revenu. Ces familles sont majoritairement composées de parents non diplômés pour qui la priorité au quotidien est de nourrir la famille et de payer les comptes. Il y a aussi tous ces nouveaux arrivants, pour qui l’aide aux devoirs permet à leurs enfants de mieux s’intégrer dans la communauté et d’atteindre leur plein potentiel. De croire que tous les enfants ont à la maison un environnement propice à l’éducation est irrationnel." Suite de la lettre d'opinion de Sylvie Rochette parue dans Le Devoir.

Aucun commentaire: